Il s'agit là d'un patchwork de 'on-nous-a-dits', qui n'a donc pas de valeur officielle !

 

Definition :  Le Ramadan, ou « mois de Carême » comme on l'appelle ici est le nom du 9 ème mois lunaire, selon le calendrier hégirien, qui est le mois où a été révélé le Coran.

Cette révélation est fêtée la 27ème nuit du mois pendant la Nuit du destin (Laylat Al Qadr), qui est de ce fait le jour privilégié pour les circoncisions. Le ramadan est aussi le mois le meilleur pour mourir, pour faire le pèlerinage à la Mecque, l’aumône. Etymologiquement, une des significations possible serait : l’heure où il fait soif dans le désert, là où on ne peut pas boire. Celle où l’on a soif de Dieu peut-être ?

Pendant ce mois, on observe le jeûn strict : ne pas boire, manger, avoir de relations sexuelles, fumer, entre le lever et le coucher du soleil. Et l'on vit des temps de prière spécifiques.                                                                   IMG_2755

IMGP8220

Tous ces sacrifices sont des offrandes à Dieu. « On espère qu’il va les accepter, c’est le plus important », me disait quelqu’un. Cette même personne à qui j'exprimais ma compassion de ne pas pouvoir boire avec cette chaleur, avait répondu « Plus il fait chaud, plus c’est difficile, plus on sera récompensés  de toute façon».

Un certain nombre de personne a le droit de ne pas jeûner : les gens qui voyagent, les femmes ayant leurs règles, les personnes âgées, les malades, les femmes enceintes. Une voisine diabétique m'expliquait avec regret  ne pas pouvoir jeûner, « ce n’est pas contre Dieu, au contraire, il me punirait si je jeûnais ». Il paraît qu'il y a eu une fatwa pour autoriser les personnes qui travaillent dans les hauts fourneaux à boire aussi.

Les enfants n’ont qu’une envie, c’est de jeûner, comme les parents, de savoir ce que les parents font quand ils se lèvent au milieu de la nuit. A partir de 7/8 ans commencent à s’entraîner pendant  des demies journées, et le font en entier dès 12 ans environ.

Même quelqu’un qui boit de l’alcool d’habitude disait : «Ah non, je ne bois pas, c’est un grand péché de boire pendant le ramadan ! »

 

Chacun à sa vision du ramadan

« vous allez voir, tout le monde fait la chaîne (la queue, ndlr), les gens s’engeulent » « je le fais, c’est normal, c’est mon devoir, mais je n’aime pas l’ambiance, les gens sont tendus, obsédés par la nourriture »

Une religieuse disait : « j’aime bien le ramadan, c’est là où toute la famille est réunie pour le dîner, on peut voir tout le monde quand on est invités. » Et en tant qu’algéroise depuis 40 ans, elle était très souvent invitée.

Une jolie parole rapportée : « le ramadan, c’est comme un ami, quand il s’en va on est tout triste »

Certains dorment toute la journée et vivent la nuit. Au début, je trouvais ça pharisien, mais après avoir passé trois heures à marcher sous le cagnard sans pouvoir boire, je comprends mieux…

 IMGP6689

 

Avant le ramadan : on fait beaucoup de courses, tout le monde en parle, on se quitte en se disant « bon ramadan », même plusieurs semaines avant.

Le début est sû par l’observation de la lune. « L’Algérie privilégie la technique oculaire, même s’il semblerait qu’ils réfléchissent à des techniques astronomiques », m'a-t-on expliqué dans une boulangerie.

 

Au point de vue économique : pendant ce mois, les prix augment, car l'on consomme beaucoup plus que pendant le reste de l'année. Certains peuvent donc acheter de la belle vaisselle, des vêtements, de la nourriture, mais d'autres qui ne le peuvent pas sont donc d'autant plus frustrés. Le sujet revient souvent dans les journaux, le Watan parlait de boulimie sociétale par exemple.

 IMGP6748

Point de vue social, juridique : La pression sociale est très grande, mais il y a toute une palette de réactions : en tant qu'étrangère, on m'a demandé au moins quotidiennement si je jeûnais, soit pour rire, soit pour dire qu'il faudrait essayer. Pas évident de trouver la bonne réponse. Parfois je réponds « chouia », ce qui les fait sourire (pratique le « ni oui ni non »), et qui n'est pas complètement faux puisque je ne bois pas dans la rue! Mais à l'avenir je dirai « non, c'est déjà passé pour nous le Carême ».

A l'inverse, j'ai été touchée par la sollicitudes de certaines personnes, qui certes cotoyaient des chrétiens dans des institutions (bibliothèques etc) mais avaient une attention impresionnante. Un ami d'amis qui nous a fait visiter un site de ruines en plein cagnard, me voyant faiblir a insisté pour qu'on m'apporte de l'eau (alors que lui usait sa salive avec générosité!).

La presse a parlé du mouvement des non jeûneurs d'abord en Tunisie l'année dernière, puis en Kabylie cette année. Il est vrai que la pression est forte (certains, qui tombent dans le pommes refusent qu’on leur donne à boire -devant tout le monde en tout cas-), et que le fait de manger dehors peut vite tomber sous le coup de la loi comme « atteinte à l'ordre public ».

 

Comment se passe une journée pendant le ramadan ?

La journée commence par le S'hour, déjeuner avant le lever du soleil, cette année vers 3h du matin. (certains commencent leur nuit après).

Pendant la journée, on voit beaucoup plus que d’habitude les gens avec des sacs plastiques à la main, remplis de courses. Apparemment acheter à boire et à manger soulage le jeûne.

Le travail fini plus tôt, et suit un rythme ramadanesque. Les femmes cuisinent beaucoup : boureks et chorba sont de tradition pour tous les jours, mais après il y a divers plats en plus. Le soir, on dresse une belle table, qui réunit toute la famille

IMGP8257

Quand l’appel à la prière retentit, tout s’arrête et les rues se vident. Il y a une prière très rapide à la mosquée. A l’entrée, sont disposés des verres de lait et des dattes pour rompre le jeûne. On repart ensuite chez soi manger, en famille. Les séries télévision spécial ramadan qui sont très suivies.

Le ramadan est  une période on l'on invite plus facilement les étrangers que nous sommes, « puisqu'on prépare un bon repas, on n’a pas honte » m'a-t-on dit. Certains imams disent maintenant qu’il ne faut pas inviter des chrétiens pour le ftour, comme c’est un moment religieux.

Suit la prière de la nuit: Isha. Puis viennent les Trarawih, la lecture du Coran, qu'on récite en entier pendant le ramadan. Les meilleurs lecteurs (qui connaissent le texte par cœur) sont recherchés. Attention, il ne s'agit pas faire de fautes... Les hommes écoutent debout, avec des petites pauses, pendant environ 2 heures. Il arrive qu'il y a une sorte de cathéchèse, auxquelles les femmes aiment souvent aller (celles qui peuvent, cad qui n’ont plus trop charge d’enfants).

A Alger, au détour d’une rue, nous avons contemplé le spectacle impressionnant de ces centaines d’hommes debout en lignes devant la mosquée, en silence, écoutant la lecture. Cette marée humaine prenait toute la rue devant la « mosquée St Charles » (ex-église), et faisait palper le caractère collectif et spirituel de ce moment. Finalement avec les  « retraites dans la vie », « les Exercices dans la rue », on n’a rien inventé…

Certains vivent ça de manière très spirituelle, en mangeant peu, en priant beaucoup, en dormant après. Mais l’aspect festif est néanmoins très présent pour beaucoup de gens ! C’est d’ailleurs le fait de peu dormir qui fatigue les gens (plus que le jeûne). La première semaine est encore assez calme, mais après, pendant une bonne partie de la nuit, les rues sont très animées, les gens restent dehors, font des courses by night etc. C’est le moment de manifestations culturelles spécifiques (à Alger surtout) ou encore de tentes dressées avec de la nourriture et de la musique (dans les grands hôtels).

Bref, ce fut vraiment intéressant d'observer ce grand moment de société, et de voir comment chacun s'appropriait, commentait la chose. Derrière l'uniformité, résiste l'individualité !